Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition


Menu
· Accueil
· Téléchargements
· Accès aux Forums
· Articles (archives)
· Articles (par sujets)
· Contactez-nous!
· Encyclopédie
· Essais et tests
· Galerie Photos
· Liens Web
· Liste des Membres
· Mag_File
· Questions-Réponses
· Recherche
· Recommandez-nous!
· Sondages
· Top 10
· Votre Compte

Recherche



Un article...

Tactique et Pratique

Carl Von Clausewitz - Et l'incendie?
- Paru le 02/01/2011
- Déjà lu 5847 fois.

Image de la Galerie
Cours formateurs flashover - Draguignan (Canjuers-France) 2009
DSC03283.JPG

Facebook
Un petit clic pour aimer la page Tantad Flashover.fr sur Facebook. Merci!

Amazon



Voir tous les livres

Téléchargement
Voici les 6 fichiers les plus récents, proposés en téléchargement.

·  Lisbon-2011
Présentation de la rencontre internationale de formateurs flashover-CFBT qui s'est tenue à Lisbonne(Portugal), du 16 au 20 mai 2011.
·  Kit pédagogique formateur flashover
Extrait de quelques-uns des documents du kit formateur remis aux formateurs flashover lors du stage formateurs Tantad. Version multilangue, plus complète que la précédente, avec descriptif du contenu du stage formateur.
·  GNR Lances
·  FDS 47 et Smokeview
·  Installer un caisson...
·  Utilisation barre Halligan

 
Tactique et Pratique bulletArticle: Tactique (IX)


Nos actions ont été créées, nous les avonsrnenchainées. A ce stade, nous ne nous sommes pas encorernoccupé des actions de sauvetage (entre autres) ni du rôlerndu chef. En attendant, dans ce nouvel article, nous allons commencerrnà voir comment utiliser cet enchainement des actions etrncomment le transposer sur le terrain. Nous allons distinguerrnl'utilisation de nos travaux par le chef et l'utilisationrnpar les exécutants. Et nous en profiterons pour donner unrnexemple de dysfonctionnement assez flagrant.

Nos papiers sur le terrain...
rnrnNous avons vu comment ranger nos papiers donc nos actions, afinrnd'obtenir un enchainement optimal. Mais comment utiliser cernprincipe? Allons-nous apporter tout nos petits papiers surrnl'intervention? Certainement pas! Ce que nous allons amener, cernn'est que l'enchainement des actions, sous une formernun peu différente de celle que nous avons jusqu'àrnprésent.
rnrn
rnrnDeux visualisations
rnrnAvec le positionnement de nos papiers, nous avonsrndéterminé l'enchainement des actions,rnrangées sous forme de lignes. La première lignerncorrespond sans doute aux actions pour le conducteur, la seconde lignernau premier binôme etc. «sans doute» carrnc'est à vous de décider si vousrnpréférez avec en premier la ligne des actions durnconducteurs ou une autre ligne d'action.
rnrnRapidement, vous verrez que le nombre de lignes que vous pourrez gérer, sera réduit.
rnrn
rnrnCe mode de visualisation de l'ensemble est intéressantrnpour une personne devant avoir un oeil extérieur. C'est lerncas du chef d'agrès. Cette visualisation est donc pourrnlui. Il peut l'avoir sous forme d'une petite fiche quirncontiendra donc la recopie du positionnement des «petitsrnpapiers». Le chef peut ainsi, en regardant une ligne, voir ce quernfont les autres. Reprenons l'enchainement d'actionsrnprécédemment utilisé (voir image ci-dessous).
rnrn
rnrnrnrn rnrn rnrn rnrn rnrn rn rn
Tactique IX
rnrn
rnrnLe chef s'est par exemple occupé d'un témoin,rnpendant que les actions se mettaient en place. Il lui fautrndésormais se remettre dans le cours de l'opérationrnen sachant le plus rapidement possible ce qui est en train de sernpasser. Un coup d'oeil rapide lui montre son conducteur en trainrnde placer de la rubalise pour délimiter la zone. La fichernd'enchainement des actions lui permet donc de savoir que larnpompe a été bien réglée et que lernbinôme 2 est en train d'utiliser la lance.
rnrnSi le chef voit l'échelle en place, il en déduit que l'attaque est en cours, tout comme le balisage.
rnrnBien évidemment, il peut y avoir des variations, mais globalement l'information sera utilisable.
rnrn
rnrnDe plus, le chef a alors la possibilité de gérerrnefficacement le personnel : les actions étant notées,rnsauf demandes express du chef, elles doivent êtrernexécutées. Plus question de répondrern«j'ai fait ça parce que je croyais que». Nousrnretrouvons là un des principe d'ISO-9001 : je dis ce quernje vais faire, j'écris ce que j'ai dit, je fais cernque j'ai écrit. En plus, pour améliorer lernsystème, ce suivi des ordres écrits est impératif.rnSi le résultat n'est pas aussi bonrnqu'espéré et que les ordres ont étérnsuivis, alors il faut améliorer les ordres. Mais si lernrésultat n'est pas aussi bon qu'espérérnet que les ordres n'ont pas été suivi, il est alorsrnimpossible de savoir quoi améliorer.
rnrn
rnrnLe second mode de visualisation des actions, est un modern«individuel» : une fiche pour le conducteur, un pour lernpremier binôme, une pour le second binôme etc.
rnrn
rnrnPour notre exemple, nous avons simplement repris la ligne correspondantrnau conducteur, et nous avons placé les élémentsrn(donc les actions), les uns sous les autres. Nous avons ainsirnl'enchainement des actions, mais pour une seule personne.
rnrn
rnrnrnrn rnrn rnrn rnrn rnrn rn rn
Tactique IX
rnrn
rnrnIl reste ensuite à améliorer légèrement larnfiche, en y ajoutant quelques remarques, quelques points à nernpas oublier. Nous pouvons réaliser une fiche imprimée, enrncouleur, etc.
rnrnPour le plaisir, nous continuons dans notre système dern«bouts de papiers».  Nous obtenons alors une fiche quirnpeut ressembler à ceci :
rnrn
rnrnrnrn rnrn rnrn rnrn rnrn rn rn
Tactique IX
rnrn
rnrn
rnrnEn haut nous mettons le destinataire (ici le conducteur) et un rappelrnsur le type d'intervention concerné par cette fiche. Arnnoter qu'il est tout à fait possible que, pour lernconducteur (par exemple), cette fiche soit la même que la fichernde ses actions dans une autre intervention.
rnrn
rnrnNous trouvons ensuite la liste des actions, les unes sous les autres.rnPour la pompe, nous rappelons qu'il faut mettre le cran de pompernet d'utiliser la fiche des pressions situées àrnl'arrière de l'engin. Pour la seconde actionrn(balisage), nous rappelons qu'il faut utiliser le cône etrnla rubalise. Enfin, pour le positionnement du cône dernrassemblement, nous rappelons les points clefs (du point dernrassemblement on doit voir la pompe, l'intervention et la zone dernrepos...).
rnrnInutile de trop mettre de détails, mais en même temps, cette fiche doit servir à ne rien oublier.
rnrn
rnrnrnrn rnrn rnrn rnrn rnrn rn rn
Le cran de pompe
rnrnCela vous semble inutile de rappeler qu'il fautrnmettre le cran de pompe? En Belgique lors d'une intervention avecrnsauvetage, une équipe est montée à l'étage d'une habitation pendantrnqu'une autre équipe menait une attaque en dessous. Sauf que cetternéquipe, après avoir installé une lance haute pression, s'est rendurncompte qu'elle ne fonctionnait pas. Pensant à un problème spécifique àrncette lance, l'équipe a alors mis une lance sur tuyau de 45, pour sernrendre compte que le résultat était le même. En fait, le cran de pompernn'avait pas été mis. Le problème c'est que pendant ce temps l'autrernéquipe effectuait des explorations. Soudain, le plancher, soumis à larnchaleur du feu qui n'était pas attaqué, s'est effondré et un des hommesrns'est retrouvé accroché par les mains au bord du trou provoqué parrnl'effondrement, avec les jambes au dessus du foyer. Entre deux jambesrnbrulées grièvement et l'effort d'écrire «Cran de pompe» sur un papier,rnle choix est vite fait. Car n'oublions jamais que les accidents, celarnn'arrive pas qu'aux autres. Le choix de ce que l'on met sur les fiches,rndoit donc se faire avec soin.
rnrn
rnrnCes fiches de tâches, il suffit ensuite de les plastifier et,rnidéalement, de les percer pour mettre un mini-mousqueton.rnL'astuce consiste à mettre ce mousqueton en bas de larnfiche, de façon à ce qu'elle pende «larntête en bas». Pour la lire, il suffira de la relever, sansrnavoir à la détacher.
rnrn
rnrnImportant
rnrnRépétons le encore : ici, notre but n'est pas dernfournir un outil tout fait, une solution miracle à utiliserrntelle quelle. Nous essayons plutôt de trouver une méthodernde construction de cet outil. Que vous vouliez faire des fiches enrnbois, en métal, en carton, plastifiées ou non, que vousrnsouhaitiez développer un système Wifi affichant sur larnvisière du casque les fiches développées, peu importe. Ce qu'il faudra de toute façon c'estrnque ces informations soient précises, concises et disponiblesrnsous une forme lisible en quelques secondes. Les technologies actuellesrnnous ouvrent grands les bras pour tout un tas de choses. Ainsi, vousrnpensez que vos fiches ne seront pas visibles lorsquernl'intervention se fera le soir? Cherchez «encrernfluorescente» sur Google et vous verrez que de telles encres sernvendent pour pratiquement toutes les imprimantes actuelles.

rnrn
rnrnQuand fournir ces fiches?
rnrnL'idée générale consiste à mettre cesrnfiches dans un classeur (par exemple), en les regroupant parrnthèmes. Imaginons que vous soyez sur un secteur rural. Soit lerndépart sera pour un feu sur une zone regroupant plusieursrnhabitations avec poteau, soit ce sera en zone éloignée,rndonc avec un besoin d'eau qui sera géré par unernaspiration dans un étang par exemple.
rnrnDéjà, il vous suffit de grouper ensemble tous lesrn«enchainements» qui correspondent aux feux sur groupernde maisons avec poteau, et d'un autre côté lesrn«enchainements» pour les feux en zone trèsrnéloignées.
rnrnAu départ, le chef peut donc déjà savoir sirnl'enchainement d'actions qui sera utilisé estrnsitué dans la première ou la seconde partie du classeur.rnDans chaque groupe d'enchainement, le chef a par exemplernrangé en premier les feux sur habitations avec étage, etrnaprès les feux sans étage. Avec quelques petitsrnintercalaires et en quelques dizaines de secondes, le groupe de fichesrncorrespondant au feu, sera extrait du classeur et les fiches serontrndistribuées.
rnrn
rnrnOutre le fait que ceci peut se faire très rapidement, cernprincipe apporte un autre avantage, non négligeable : celui derndonner à chacun des directives simples. Dans de nombreux petitsrncentres, la rareté des interventions incendie provoque unernfrénésie et un niveau de stress particulièrementrnélevé. Les fiches, indiquant précisémentrnquoi faire, elles vont restaurer le calme. Plus de questions du genrern«qu'est ce qu'on va faire?» puisque tout estrnécrit.
rnrn
rnrnSi vous êtes sur un secteur rural, au départ vousrnn'aurez peut-être qu'un binôme. Prenez alors lernpaquet de fiches pour «Un seul binôme au départ».rnSur le trajet on vous informe que c'est la Ferme du Bas-des-Boisrnqui brule. Vous avez votre petit classeur avec ses intercalaires.rnVous tournez en quelques secondes tout le paquet de fiches concernant les feuxrndans le village car là, vous partez en campagne. Un couprnd'oeil sur le plan de la commune vous rappelle qu'il y a unrnpoteau, à environ 100m de la ferme. Vous passezrntoutes les fiches avec alimentation par aspiration et vous arrivezrnà la fiche «Feu isolé, poteau à plus de 50m».rnVous sortez trois fiches : une pour vous avec les actions en modern«linéaire» (donc aussi bien les actions durnbinôme que du conducteur), une que vous donnez au binômernà l'arrière, et une pour le conducteur.rnVoilà, tout est prévu.
rnrn
rnrnLa foule agressive
rnrnNous lisons assez souvent sur les forums des messages dernsapeurs-pompiers ayant pris une lance, même totalementrndérisoire, pour arroser, ceci afin de montrer à la foulernqu'ils faisaient «quelque chose». Ne sachant pasrn«quoi faire,» le sapeur-pompier consomme donc du personnel,rnpour amuser la galerie. Outre le fait que la foule n'est pasrntoujours dupe (et dans ce cas, les choses se passent souvent mal),rncette perte de temps et d'énergie pourra avoir desrnconséquences dramatiques sur le reste de l'intervention.rnAu contraire, du personnel qui sort rapidement de l'engin,rnn'hésite pas, et exécute des missions quirns'enchainent de façon prévue, c'estrnl'assurance de présenter une visionrn«professionnelle» du fonctionnement. Non seulement la foulernne sera pas tentée d'intervenir, mais en plus elle serarntentée de se reculer devant ses actions, visiblementrnprévues et maitrisées.
rnrn
rnrnActions ordonnées et actions préliminaires
rnLorsque nous avons commencé cette série sur la tactique,rnnous avons compris rapidement la problématique des actionsrn«en temps superposés» et nous avionsrndéterminé trois groupes (cf. Article VII). D'abord lesrnactions quirndevaient se faire avant de donner des ordres, ensuite les actionsrnordonnées (avec des ordres) et enfin lesrn«accidents». Nous voyonsrndésormais que nous avons résolu simultanément lernproblème des actions du groupe 1 et le problème desrnactions du groupe 2. Car en fait, plus rien n'est lié àrndes ordres,  puisque le schéma de base est prévurnàrnl'avance. Mais attention, cela ne veut absolument pas dire que lernchef n'a plus rien à faire, bien au contraire! Nous allonsrnd'ailleurs analyser une intervention connue désormais dernla majorité des sapeurs-pompiers et qui est un exemple parfait.
rnrn
rnrnLa vidéo du feu du container du Lidl a fait le tour de quasimentrntous les disques durs des sapeurs-pompiers. Tout le monde arnété étonné de la vitesse de propagation etrnles discussions ont été nombreuses quant aux actionsrnqu'il aurait fallu mener. Mais c'est seulement à larnlumière de la mise en place de notre organisation parrn«actions» que nous allons comprendre réellement cernqui s'est passé, et où les choses, qui devaient serndérouler «classiquement», ont commencérnà déraper.
rnrn
rnrnRegardons la première image, extraite de la vidéo. Ellernnous montre le container en feu et une présence massive dernfumée sur toute la partie supérieure du magasin. Ce quernnous voyons là, le personnel n'a pas à s'enrnoccuper. Ce n'est pas son rôle. Le personnel reçoitrndes ordres et les exécute. En Allemagne, il semble que lernprincipe que nous mettons en oeuvre au travers de nos travaux surrnla tactique, soit partiellement mis en pratique. C'est en toutrncas ce qui ressort de l'image suivante : le camion à peinernarrêté, le personnel sort et semble savoir parfaitementrnquoi faire. Des actions simples se mettent en place, sansrnhésitation : le conducteur se dirige vers son compartimentrnpompe, une caisse avec lance et tuyau est sortie du coffrernlatéral.
rnrnLes ordres étant «construits» àrnl'avance, le temps pendant lequel le personnel attend les ordres,rnn'existe plus. A priori, le chef n'a donc plus rienrnà faire. Mais à priori seulement. En effet, nousrnl'avons dit et répété : les feux sontrnidentiques à 80% et notre système ne répond doncrnqu'à 80% de chaque feu. De plus, la Loi de Pareto est claire : 20% des conditions vont créer 80% desrnproblèmes.
rnrn
rnrn rn rn rn rn rn rn rn rn rn rn
Lidl1Lidl2
Lidl3Lidl4
rn
rnrnEt c'est ce qui se passe ici : alors que le systèmernorganisationnel libère totalement le chef, donc lui permet derngarder 100% de son attention, celui-ci n'en profite pas! Avec sesrn100% de temps et en gardant l'esprit libre, le chef se doit derntout regarder, calmement. Il se doit de vérifier si, par hasard,rnil n'y aurait pas, cette fois, les fameux 20% derndifférence qui vont tout faire déraper. S'ilsrnn'existent pas, si l'intervention est conforme auxrnprévisions, alors il laisse faire, tout en conservant ce reculrnqui doit le caractériser. Par contre, s'il distingue cesrn20% et leurs dangers, alors il peut interrompre le processus, ournsimplement le modifier pour tout de suite traiter ce problème.
rnrn
rnrnSur le feu du Lidl, à aucun moment dans toute la mise en place,rnle chef ne se déplacera en avant de la façade du magasin.rnA aucun moment nous ne le verrons lever les yeux pour regarder cetternfumée, plus qu'inquiétante. En clair, lernsystème lui laisse tout le temps nécessaire et il nerns'en sert pas! La seule chose qu'il fait, c'est fairern2m en avant du camion, déplacer un tuyau avec le pied puisrnrevenir dire quelque chose à son personnel, paroles de toutesrnévidences superflues puisque chacun sait parfaitement quoi faire.
rnrn
rnrnLe Lidl est donc l'exemple d'une défaillance durnchef d'agrès. Avec du personnel inorganisé, sansrnméthodologie, cette défaillance pourrait êtrernexcusée car le chef aurait alors à courir partout pourrnencadrer tant bien que mal des intervenants ne sachant pasrnvéritablement quoi faire. Mais ici, ce n'est pas le cas :rnl'organisation est en place. Le chef a donc tout le temps, touternl'attention, tout le calme nécessaire pour superviser.rnS'il avait utilisé cette liberté que lui donnernl'organisation, il aurait eu la possibilitérnd'influer le déroulement. Peut-être que celarnn'aurait pas changé grand chose, mais en tout cas, ilrnn'aurait pas été impuissant face à cetternévolution.
rnrn
rnrnLa bonne intervention
rnrnLes sapeurs-pompiers d'aéroport savent que les feuxrnd'avions sont quasiment tous traités de la mêmernmanière. Cela facilite le travail du chef, qui a bien besoin derncette facilité du simple fait que la dimension des avionsrnl'empêche de faire une reconnaissance àrnpied. Lorsque les secours arrivent, les engins se placentrnconformément aux règles d'engagement habituelles etrnl'attaque se déroule sans action du chef, celui-ci restantrnle plus souvent dans son véhicule, à faire unernreconnaissance circulaire de l'avion.
rn
rnrnLors d'une rencontre avec le responsable formation de la basernaérienne de Woensdrecht (Hollande) celui-ci avait racontérnune anecdote relative à l'engagement de sapeurs-pompiersrnd'aéroport ne parlant pas la même langue que leurrncommandement. Or, ceci ne posait aucun problème. Lesrn80% communs à toutes les interventions, prévus etrngérés en premier, laissait le temps au commandementrnd'apprécier la situation et d'aller ensuiterns'expliquer sur les éventuels détails.
rnrn
rnrnLa bonne intervention c'est donc celle dont les fichesrnd'actions sont prévues. Ces fiches pilotent les actions derntoute l'équipe, laissant le chef prendre du recul,rninterroger les témoins, faire une véritable analyse de larnsituation sans pour autant se demander ce que fait son personnel.
rnrnEn cas de déroulement conforme, il conserve cette vuernd'ensemble. Un élément lui parait suspect? Ilrnpeut arrêter le déroulement, à tout moment,rnd'autant qu'il sait parfaitement ce que sont personnel est en train de faire.
rnrn
rnrnAstuce : lors d'une visite au centre de Virton (Belgique), un desrnsapeurs-pompiers nous a montré un sifflet à rouletternqu'il utilisait lorsqu'il était chauffeur pompe,rnpour prévenir en cas de problème d'eau. Un telrnsifflet attire immédiatement l'attention de tous, car ilrnest parfaitement audible même dans le vacarme d'unernintervention. Cela semble un accessoire bien adapté au chefrnd'agrès. Si nous reprenons le cas du Lidl, le chef, munirnd'un tel sifflet et voyant les fumées, aurait purnfacilement rappeler son personnel, et demander un traitement desrnfumées.
rnrn
rnrnNe plus donner d'ordre?
rnrnDans notre mode opératoire, le chef ne donne plus d'ordre.rnDu moins, tant que le processus reste conforme au schémarnpré-établi. Est-ce un retour en arrière? A cernniveau, le rôle du chef est-il de donner des ordres?
rnrnPour le vérifier, reprenons les ordres pour lesrnétablissements en binôme, que les Français trouventrndans leur GNR (Guide National de Référence). Le matériel à prendre est bienrndécrit, tout comme les actions. En fin de chaque descriptif serntrouve également les ordres qui doivent êtrerndonnés. En formation l'ensemble est respecté : lernchef donne l'ordre exact, le personnel prend le bonrnmatériel et les actions sont effectuées.
rnrnMais en intervention? Globalement nous pouvons dire que les ordres nernsont jamais donnés correctement. Tout juste le chef donne-t-ilrnune indication du genre «Vous m'éteignez vite faitrnla voiture en feu». Indication d'autant plus inutile que sirnle fourgon incendie s'arrête à côtérnd'une voiture en feu, tout le monde se doute que c'est pourrnl'éteindre... Or, le binôme n'écouternmême pas cet ordre. Dans le camion, les intervenants se sontrnsouvent débrouillés pour se répartir lesrnrôles. Arrivés sur place, chacun prend le matérielrnet exécute correctement l'action. En fin de compte, touternse passe comme prévu dans le Guide, sauf que cela se passe sansrncommandement.
rn
rnrnC'est dans ce contexte, que le chef ne sert plus à grand chose.rnEn effet dans ce mode opératoire, son unique rôle est dernfaire la reconnaissance et de donner des ordres. Or il n'a pas lerntemps de faire cette reconnaissance puisque les actions sont souventrnlancées dès l'arrêt du véhicule, etrnquant aux ordres, presque personne ne les écoute!
rnrnLe fait que notre solution d'organisation mette le chef dans larnsituation de ne plus donner d'ordre, ne fait que valider unernsituation existante. La différence, c'est que nousrnadmettons cette situation et que nous en profitons pour donner un autrernpouvoir au chef: celui de l'analyse et de la supervision dernl'intervention. Nous le ramenons ainsi vers son rôlerninitial.
rnrn
rnrnLa prochaine fois, avant de traiter la question desrnévènements imprévus, nous ferons une analyse plusrngénérale sur le rôle du chef. Nous verrons quernnotre système organisationnel a bien comme effet de lui redonnerrnréellement sa place ainsi qu'un rôle nonrnnégligeable et surement plus motivant que celuirnqu'il tient actuellement.

"Article: Tactique (IX)" | Connexion/Créer un compte | 2 commentaires | Recherche suivant discussion
Disposition
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Re: Tactique (IX) (Score: 1)
par pyros64 le 19 mai 2010 à 19:37:48
(Profil Utilisateur | Envoyer un message)
Bonjour,

Ma, ou il est l'articulo nomber 10 ?

Il bronze ?

@ +


 
Liens connexes
· Plus à propos de Tactique et Pratique
· Nouvelles transmises par pl.lamballais


L'article le plus lu à propos de Tactique et Pratique:
Technique de lance: passage de porte


Noter cet Article
Score Moyen: 5
Votes: 1


Merci de prendre quelques secondes pour noter cet article:

Excellent
Très Bien
Bien
Passable
Mauvais



Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)



Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs et ne sauraient engager la responsabilité des gestionnaires ou de l'hébergeur de ce site. En cas de problèmes, questions etc. contactez le webmaster.

Page Générée en: 0.147 Secondes - PHP Version 7.0.17
PHP-Nuke est un système de gestion de portail développé en PHP. PHP-Nuke est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.