Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition


Menu
· Accueil
· Téléchargements
· Accès aux Forums
· Articles (archives)
· Articles (par sujets)
· Contactez-nous!
· Encyclopédie
· Essais et tests
· Galerie Photos
· Liens Web
· Liste des Membres
· Mag_File
· Questions-Réponses
· Recherche
· Recommandez-nous!
· Sondages
· Top 10
· Votre Compte

Recherche



Un article...

Pédagogie et formation

Sauvetage d'urgence par la porte, lors d'un incendie
- Paru le 15/07/2005
- Déjà lu 17864 fois.

Image de la Galerie
Cours formateurs flashover - Draguignan (Canjuers-France) 2009
100_2776.JPG

Facebook
Un petit clic pour aimer la page Tantad Flashover.fr sur Facebook. Merci!

Amazon



Voir tous les livres

Téléchargement
Voici les 6 fichiers les plus récents, proposés en téléchargement.

·  Lisbon-2011
Présentation de la rencontre internationale de formateurs flashover-CFBT qui s'est tenue à Lisbonne(Portugal), du 16 au 20 mai 2011.
·  Kit pédagogique formateur flashover
Extrait de quelques-uns des documents du kit formateur remis aux formateurs flashover lors du stage formateurs Tantad. Version multilangue, plus complète que la précédente, avec descriptif du contenu du stage formateur.
·  GNR Lances
·  FDS 47 et Smokeview
·  Installer un caisson...
·  Utilisation barre Halligan

 
Pédagogie et formation bulletArticle: Pédalons-nous dans la bonne direction?


Depuis plusieurs mois, nous travaillons sur l'implantation de casernes de sapeurs-pompiers au Brésil. Loin de nous écarter de la problématique des feux de locaux, ce travail nous a permis de prendre du recul et d'analyser de façon plus sereine ce qui a été réalisé en Europe depuis plusieurs années. Et de faire des constats étonnants...

Un manque d'approche globale
Dans les années 80, suite à quelques accidents survenus dans leur pays, les Suédois ont commencé à étudier l'inflammation des fumées en utilisant des containers. Pour la première fois, un outil était créé qui permettait de faire de "vrais feux" et d'observer ce qui se passait, avec un niveau de sécurité assez bon.
Rapidement, ce type d'outil a remporté un franc succès et ce pour deux raisons: en premier, il semblait apporter la réponse aux questions et en second, il valorisait les formateurs qui l'utilisait, du fait qu'il permettait de jouer avec le feu donc avec le coeur de métier.
Le caisson et tout ce qui gravite autour, permet donc de répondre à une question.... que personne n'avait jamais posé. Cette question c'est "Pourquoi les maisons partent-elles en fumée et pourquoi avons-nous des morts au feu?" Or, cette question, nous nous la posons depuis que nous avons des caissons. Mais avant, personne ne se la posait. Nous avons donc un premier élément: l'étude des phénomènes se justifie par sa capacité à répondre à une question qui en fin de compte n'a pas été posée. Si l'on prend les USA, les morts au feu y sont considérés comme un événement "normal" et la destruction complète des maisons également. Et nous voyons bien que l'étude approfondie des phénomènes thermique ne les intéresse pas!
Si au départ les caissons étaient seulement là pour y mettre du bois et donner 3 coups de lances, il s'est vite avéré que ce que l'on pouvait faire avec, dans le cadre d'un apprentissage opérationnel, était limité. Le caisson a l'avantage de démontrer que les fumées s'enflamment donc qu'il faut s'en méfier non plus seulement comme agent polluant mais également comme élément combustible et il permet aussi de manipuler la lance pour que le stagiaire se rende compte que des impulsions suffisent pour repousser les flammes et refroidir les fumées.
Mais si l'on considère les besoins en opérations, avec ces deux points, nous avons fait le tour de tout ce qu'il faut savoir. Et c'est peu. ..
A partir de là, il y avait trois options: la première consistait à se contenter de cela et rien d'autre. La seconde consistait à remettre ce caisson dans le contexte général de l'intervention, d'analyser si cet apprentissage suffisait pour obtenir de meilleurs résultats et en cas de réponse négative, d'ouvrir le champ des connaissances à acquérir. La troisième option consistait non pas à étendre le champ des connaissances, mais à rester sur une zone de compétences limitée, tout en creusant donc en cherchant de plus en plus dans cette zone.
Pour comparer avec du secourisme, nous avions là un outil capable d'expliquer le massage cardiaque. On pouvait s'en contenter et se rendre compte qu'il fallait aussi apprendre à arrêter les hémorragies, ou bien continuer seulement sur la RCP et prendre des cours de cardiologie.
C'est cette dernière option qui a été choisie. Pourquoi?

Le nez dans le guidon
Lorsque nous sommes face à un problème, il y a deux manière de réagir. La première consiste à regarder ce que l'on sait faire, ce que l'on possède déjà et à tenter coûte que coûte de s'en servir pour répondre. La seconde méthode consiste à chercher de nouveaux outils, nouveaux concepts, en se disant que ce que l'on sait n'est de toutes façons pas adapté.
Lorsque l'on regarde ce qui s'est passé depuis une quinzaine d'année sur les phénomènes thermique, nous constatons une "scientifisation" totale du propos. Logique. Comment se présenter comme "spécialiste" en disant "c'est facile, je vais vous expliquer tout en 2 heures"? Il faut mettre des équations, des termes ronflants et surtout, répondre souvent que "c'est plus compliqué que ça". On forme donc une petite élite, qui se met à travailler en circuit fermé.
Cette approche n'est pas sans rappeler celle du secourisme dans les années 60/70. Les médecins s'érigeaient en grands connaisseurs et imaginer un instant que l'on pouvait sauver des gens sans avoir fait quelques années d'université était pris pour une vaste blague.

Cette approche par des "experts" posent pourtant deux problèmes majeurs. Le premier c'est que si nous acceptons l'avis d'un soit disant expert en incendie, qui prétend qu'il faut plusieurs jours voir semaines de formation pour atteindre le niveau correct, il faut être assez intelligent pour admettre qu'il doit bien avoir un expert en secours routier qui pense la même chose pour la désincarcération. Et un expert en secours en hauteur, qui pense aussi que 2 ou 3 semaines de Lot de Sauvetage seraient bien nécessaires. Sachant que les feux ne représentent qu'environ 15% des interventions et que les feux de structure nécessitant des compétences spécifiques doivent représenter seulement 4 à 5% des interventions, cela signifie que s'il faut augmenter la durée totale de formation de 2 semaines pour traiter de ces 5% d'interventions, chaque "expert" va demander la même chose dans son domaine et nous allons donc devoir augmenter la durée totale de formation de (2/5)*100 = 40 semaines...
A titre d'anecdote, au Brésil le principe de la formation de masse en secourisme n'est pas admise. Il l'est par les médecins et par les formateurs de notre association (ANSB-Association Nationale dos Sapadores-Bombeiros) mais absolument pas par le SAMU ou les "secouristes professionels". Le résultat c'est qu'un cours de secourisme dure ici environ 300 heures avec des informations médicales totalement inutiles et que le niveau général des secours sur le pays est catastrophique.
Le second problème concerne le mode de fonctionnement des secours. Sachant qu'une victime sans secours meure en quelques minutes et qu'une maison en feu est détruite tout aussi rapidement, l'ennemi des sapeurs-pompier n'est pas le feu, l'explosion, l'hémorragie ou l'arrêt cardiaque: son ennemi, c'est le temps. Or, à moins d'inventer des ambulances qui se télé-transportent ou des fourgons incendie à réaction, la seule solution que l'on ait trouvé consiste à mettre plein de casernes, proches les unes des autres. La superficie du territoire qu'il est possible de couvrir est donc fonction du temps de déplacement et absolument pas de la population présente sur ce territoire. Si sur ce territoire se trouvent plusieurs centaines de milliers de personnes, le nombre d'accidents va être important. Nous aurons donc une fréquence d'interventions assez importante, justifiant ainsi la présence permanente du personnel. Nous avons ainsi le concept de caserne avec des "pro". Mais plus nous allons sur des territoires à moindre population, plus le nombre d'interventions diminue et plus il devient évident que la collectivité ne peut plus supporter le coût du personnel salarié qui ne ferait qu'attendre un hypothétique appel. Nous obtenons donc le concept de "volontaires". Or, la superficie des pays et la répartition de population montre une constante: le rapport entre le personnel "à temps plein" et le personnel "à temps partiel" est de l'ordre de 2 pour 10, voir 1 pour 10.
Nous avons donc, suivant les pays, entre 80 et 90% de "volontaires" qui, s'ils ont du temps à donner à la collectivité, n'ont quand même pas trop de temps "à perdre". Et plus nous allons sur des territoires ruraux, plus nous nous approchons d'une population à faible niveau d'étude.

Le fait d'apporter une réponse longue et scientifique à la problématique des feux de locaux est donc en contradiction avec le principe même des secours, tout comme l'ajout de compétences médicales aux cours de secourisme s'est avéré contre productif. Mais pour s'en rendre compte, il faut tenter de former ces 80% de volontaires pour comprendre le fossé qui existe.

Le turn-over
L'autre élément qui n'est pas pris en compte, c'est le turn-over, c'est-à-dire la proportion de sapeurs-pompiers qui entrent et sortent chaque année. En France il est estimé à une valeur minima de 15% voir 20%. Il est toujours possible de chercher à lutter contre ce turn-over, mais c'est délicat. Nous voyageons de plus en plus et autant il y a un siècle on naissait, on se mariait, on avait des enfants et on mourrait dans le même village, autant aujourd'hui pratiquement plus personne n'a la totalité de sa famille proche de chez lui. S'il faut trouver des solutions pour diminuer ce turn-over, il faut aussi chercher des solutions pour limiter les problèmes qu'il génère.
Il y a quelques mois, je discutais avec un ami qui possède un restaurant à Brasilia. Il se plaignait du turn-over, ses serveurs restant très peu de temps à son service. Ceci lui posait problème car il devait les former et à peine formés, ils partaient. Il leur donnait pourtant un bon salaire, mais cela ne changeait rien. La conclusion était donc que retenir les gens n'était pas possible. Or le problème, après analyse, n'est pas que le serveur reste peu de temps. Le problème c'est que sur son temps de présence au sein de l'entreprise, son temps de formation occupe une proportion trop grande. Si un employé reste 15 ans et qu'il faut 2 ans pour le former, ça va. Mais s'il reste 2 ans et qu'il faut 2 ans pour le former, ça ne va pas car il ne sera jamais productif. Plus il y a de turn-over plus il faut tenter de le diminuer, mais plus il faut également chercher à en diminuer l'impact. En terme de formation, il faut donc compresser celle-ci, afin qu'elle n'occupe qu'un temps minime.
Alors que les "experts" voudraient ajouter des formations et allonger celles qui existent, la réalité nous impose au contraire de diminuer le temps de formation pour avoir le plus rapidement possible du personnel opérationnel, sachant que ce personnel ne restera pas.

Si nous regardons l'historique de flashover.fr nous constatons qu'il ne reste quasiment plus aucun membre du début. Il reste des "pro" et des "volontaires passionnés" mais le turnover observé ici est identique à celui observé en caserne. Un site comme "forum-pompier" observe la même chose et la fermeture des nombreux blogs sur les feux de locaux participe de la même logique.
Si nous observons l'approche "caisson" nous constatons qu'elle a rapidement évité de s'occuper de ce problème. Compte tenu du prix d'un caisson, il était possible d'en mettre dans un grand nombre de casernes, en formant des formateurs "non scientifique" mais plutôt "de terrain" donc en faisant de cette formation une formation "de tronc commun", nécessitant le même niveau de compréhension que le Lot de Sauvetage. Pas plus.
Au contraire, l'approche qui a été choisit est celle de "spécialistes", de petits groupes d'experts qui gardent jalousement la main sur leur jouet. Sauf que si nous prenons un service incendie départemental Français composé de 2000 sapeurs-pompiers que l'on souhaite tous faire passer au caisson, sachant qu'un brulage de qualité ne se fait qu'avec 6 stagiaires, il faut faire 2000/6 = 333 brulages... Et comme les volontaires sont principalement disponibles le samedi, nous ne disposons que de 52 samedi dans l'année...
Certains services affichent un grand optimisme en affirmant qu'ils auront formé tout le monde par exemple en 4 ans. Mais c'est oublier un peu vite le fameux turn-over: si nous avons 2000 sapeurs-pompiers et que la première année, nous en formons 500, cela ne veut pas dire qu'il en restera 1500 à former. Car sur les 500 formés la première année, 20% vont partir et vont être remplacé. Et 20% c'est 100 personnes! En fin de première année, il restera donc 1600 personnes à former car sur les 500 formés, 100 seront partis. A la fin de la second année, il en restera 1600 - 500 = 1100 auquel nous ajouterons notre turn over donc 100 de plus, soit un total de 1200, etc... Il faudra donc plus de temps que prévu, sachant en plus qu'avec cette hypothèse de travail chaque sapeur-pompier ne passe au caisson qu'une fois tous les 5 ou 6 ans, alors que la durée moyenne d'engagement ne dépasse pas 5 ans...

Là encore, l'approche "haute compétence" et "formation longue" est en inadéquation avec la réalité car cette réalité demande une approche "de masse".

Conclusion
Cette petite analyse tend à montrer que le principe même de formation qui est généralement adoptée, ne donnera et d'ailleurs ne donne pas de bons résultats du fait de son inadaptation aux conditions humaines de gestion des secours. Dans un prochain article, nous analyserons quelques accidents afin de découvrir qu'en plus, le contenu de la formation, centré sur l'étude des phénomènes, n'apporte pas de résultats concluants. Nous essayerons alors de voir d'autres pistes de travail.

Sujets Associés

Pédagogie et formation

"Article: Pédalons-nous dans la bonne direction?" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Disposition
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer
 
Liens connexes
· Plus à propos de Pédagogie et formation
· Nouvelles transmises par pl.lamballais


L'article le plus lu à propos de Pédagogie et formation:
Récapitulatif de tous les phénomènes...


Noter cet Article
Score Moyen: 4.33
Votes: 3


Merci de prendre quelques secondes pour noter cet article:

Excellent
Très Bien
Bien
Passable
Mauvais



Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)



Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs et ne sauraient engager la responsabilité des gestionnaires ou de l'hébergeur de ce site. En cas de problèmes, questions etc. contactez le webmaster.

Page Générée en: 0.061 Secondes - PHP Version 7.0.15
PHP-Nuke est un système de gestion de portail développé en PHP. PHP-Nuke est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.