Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition


Menu
· Accueil
· Téléchargements
· Accès aux Forums
· Articles (archives)
· Articles (par sujets)
· Contactez-nous!
· Encyclopédie
· Essais et tests
· Galerie Photos
· Liens Web
· Liste des Membres
· Mag_File
· Questions-Réponses
· Recherche
· Recommandez-nous!
· Sondages
· Top 10
· Votre Compte

Recherche



Un article...

Tactique et Pratique

Choix des moyens (II)
- Paru le 15/02/2009
- Déjà lu 5143 fois.

Image de la Galerie
Cours formateurs flashover - Draguignan (Canjuers-France) 2009
DSC01473.JPG

Facebook
Un petit clic pour aimer la page Tantad Flashover.fr sur Facebook. Merci!

Amazon



Voir tous les livres

Téléchargement
Voici les 6 fichiers les plus récents, proposés en téléchargement.

·  Lisbon-2011
Présentation de la rencontre internationale de formateurs flashover-CFBT qui s'est tenue à Lisbonne(Portugal), du 16 au 20 mai 2011.
·  Kit pédagogique formateur flashover
Extrait de quelques-uns des documents du kit formateur remis aux formateurs flashover lors du stage formateurs Tantad. Version multilangue, plus complète que la précédente, avec descriptif du contenu du stage formateur.
·  GNR Lances
·  FDS 47 et Smokeview
·  Installer un caisson...
·  Utilisation barre Halligan

 
Pédagogie et formation bulletArticle: La tactique - Cours I


Une fois le personnel formé aux techniques de lances, il nous faut maintenant former les chefs à la tactique. L'enseignement n'est pas très compliqué, pour peu que l'on sache quand même de quoi on parle. La première partie va consister à se mettre d'accord sur le vocabulaire, en expliquant ce qu'est la stratégie, l'opératif et la tactique. Dans une seconde étape, nous pourrons alors traiter de la tactique, puisqu'au niveau d'une caserne, c'est ce qui importe le plus.


Mais pourquoi parler de tactique? Parce que l'activité des sapeurs-pompiers est une activité de groupe, qui se réalise dans des conditions stressantes. Le fait de connaitre parfaitement l'usage d'un équipement ne suffit pas car c'est bel et bien l'ensemble et  la cohésion, qui vont permettre d'aboutir à un bon résultat. Car l'accumulation de compétences individuelles n'est pas un élément suffisant pour obtenir un bon résultat global.
Dans les sports d'équipes par exemple, nous voyons bien que la cohésion du groupe est un élément fondamental et qu'une équipe composée d'éléments très performants se fera battre par une équipe avec des joueurs moyens, mais avec plus de cohérence.
Or, en intervention, tant que tout se passe bien et assez lentement, le manque de cohésion, le manque d'analyse et de vue générale ne se voient pas. Il y a donc illusion de bon fonctionnement et lorsque la situation dérape, cela devient tout de suite une véritable catastrophe. D'ailleurs lorsque nous analysons les interventions, nous constatons qu'il y a assez peu d'exemples d'interventions qui se sont seulement "un peu mal passées". Généralement, ça se passe "bien" ou alors ça se passe "pas bien du tout". Il y a donc une sorte de seuil, une limite qui, une fois dépassée, transforme l'intervention en un désastre total.
 
Comme c'est le chef qui doit  donner des directives, c'est lui qui va devoir assurer ce mouvement commun, cet élan vers un but fixé, et qui doit veiller à éviter les déparages.

Pour cela le chef a besoin de 3 choses:
  1. Une connaissances des capacités de son personnel afin de savoir ce qu'il peut lui demander. C'est à ça que servent les grades car les grades sont liés à des formations, ceci signifiant qu'un coup d'oeil sur le grade doit permettre au chef de savoir ce qu'il peut demander à cet individu. Par connaître les capacités de son personnel, nous entendons avoir connaissance des forces et des faiblesses mais aussi du contenu des formations. Nous avons, au niveau des phénomènes thermiques, résolu ce problème en formant tout le personnel de notre équipe, donc chef compris.
  2. Une capacité à se situer dans l'ensemble de l'organisation qui se met en place. Si le chef est actif au niveau "tactique", il doit également savoir ce qu'est le niveau stratégique et opératif car, comme nous allons le voir, ces trois niveaux sont interdépendants.
  3. Une capacité à analyser la situation locale. Cela fera l'objet principal de ce cours, avec des exemples et des explications sur la méthode à utiliser

Les trois niveaux

La stratégie c'est l'art de préparer un système pour réagir à une situation, alors qu'on ne sait pas ce qui va se produire, ni quand, ni où. Pour les militaires c'est la stratégie qui fait que l'on va augmenter ou diminuer le budget, que l'on va décider de fabriquer des avions plutôt que des navires etc... Pour les sapeurs-pompiers, la stratégie c'est le fait de décider de fermer telle ou telle caserne, de remplacer une réserve d'eau par un poteau, d'acheter tel type de véhicule etc...
Au niveau de la caserne, faire de la stratégie est envisageable, mais cela dépend beaucoup de l'organisation générale des secours. En France, par exemple, les actions stratégiques au niveau d'une caserne se limitent à la connaissance du secteur: où sont les poteaux, comment lire un plan pour se situer rapidement. En France, la création des éléments stratégiques n'est pas du ressort de la caserne, mais du SDIS. Au Brésil par exemple, l'organisation nationale supervise la planification mais celle-ci est réalisée localement. Tout va donc dépendre de l'organisation générale au sein de laquelle évolue la caserne.

L'opératif vient en complément de la stratégie. Pour simplifier nous pouvons dire que l'opératif c'est ce qui se passe quand le téléphone sonne et qu'à l'autre bout du fils quelqu'un hurle que sa maison est en feu et qu'il faut venir. En quelques instants nous allons obtenir les éléments manquants à la stratégie: nous savons quand (c'est "maintenant") nous avons où (car l'appelant donne l'adresse) et nous savons quoi (car l'appelant nous indique ce qui se passe). Le niveau opératif va alors piocher dans le niveau stratégique, va y prendre les outils (humains et matériels) qui semblent les mieux adaptés et va les envoyer sur les lieux.
Déjà nous comprenons que tout est lié: on peut toujours envoyer de super professionnels des feux de locaux, si le niveau stratégique est mauvais, on risque de ne pas les envoyer au bon endroit (si on a pas de carte et qu'on a plusieurs lieux avec le même nom), ou bien de les envoyer avec le mauvais équipement. Un peu comme la meilleure équipe de football du monde qu'on enverrait dans le mauvais stade ou qu'on enverrait jouer un match de rugby. Pas certains que le résultat soit fabuleux.

La tactique. Une fois rendu sur les lieux, avec le matériel et le personnel qu'on a bien voulu lui fournir, le chef entre dans le contexte de la tactique. La tactique c'est la science et l'art de faire le mieux possible avec ce que l'on a, en fonction des circonstances. Au niveau général d'une guerre entre deux pays, on fait de la stratégie.  Mais sur le champ de bataille on fait de la tactique. Il faut donc savoir ce que l'on a en matériel et en humain, afin de savoir ce qui peut être fait. Il faut également analyser la situation afin de déterminer ce qu'il "serait bien de faire". Ensuite, il faut mélanger le tout afin de faire le mieux que l'on peut. C'est ce que les militaires appellent l'Effet Majeur, c'est à dire le meilleur effet que l'on puisse obtenir avec ce que l'on a, à cet instant et face à la situation du moment. Dans ce concept, il n'y a donc pas d'actions pré-définies puisque le choix des actions dépend de la situation. Or comme celle-ci est très changeante, tenter de pré-définir est difficile, voir même impossible.

Concentration des efforts et économie des forces
Avant de voir comment déterminer l'Effet Majeur, parlons un peu de la concentration des efforts et de l'économie des forces. "L'Art de la guerre consiste à avoir toujours plus de force que l'adversaire, avec une armée plus faible que la sienne, sur le point où l'on attaque ou sur celui où il vous attaque" (Napoléon).
Prenons un exemple simple pour illustrer ce concept: imaginons que nous ayons 3 véhicules en feu: une moto, une voiture et un camion. Si nous laissons les trois brûler nous allons avoir propagation. Nous disposons de 3 binômes. Comment allons nous faire? Dans pas mal de cas, l'idée serait d'attaquer le camion. Sauf que nos chances de réussite ne sont pas forcément de 100%. Si nous arrivons à éteindre très vite le camion, nous ne laisserons pas au feu le temps de se propager à partir de la moto ou de la voiture. Mais si nous mettons un peu de temps, nous allons laisser cette propagation se faire et lorsque nous aurons éteint le camion, nous seront confrontés à un feu violent, issu de la propagation de la voiture, ou pire à deux feux violents, l'un venant de la moto, l'autre de la voiture.
Nous retrouvons d'ailleurs ici la remarque précédente sur le fait que les interventions se passent soit "bien" soit "pas bien du tout" mais rarement "pas trop mal". En effet, si nous arrivons à éteindre rapidement le camion, nous serons dans le cas d'une intervention qui s'est "bien passée". Mais si nous n'y arrivons pas, étant donné qu'il y aura propagation au niveau de la voiture et sans doute aussi de la moto, nous allons nous diriger vers une intervention de type "catastrophe".

La solution de concentrer les efforts tout en économisant ses forces, se base sur une logique très différente. Nous allons engager un binôme sur le camion, avec mission de simplement empêcher la propagation. Nous allons donc lui demander de s'économiser. Nous allons engager notre second binôme sur la voiture, lui aussi avec comme mission de seulement empêcher la propagation. Puis nous allons demander à notre troisième binôme d'attaquer la moto.
Notons que si nos trois binômes sont de niveaux différents à cause de leur ancienneté, conditions physiques etc... nous engagerons le binôme le plus performant sur l'attaque de la moto. Nous allons donc concentrer nos efforts et, comme le dit Napoléon, nous allons engager plus de force que l'adversaire, sur le point où nous allons l'attaquer. Nous allons ainsi faire un gros efforts sur le point faible de notre ennemi et nous allons donc le vaincre, à cet endroit, sans difficulté et de façon définitive.
Une fois que la moto sera éteinte, nous aurons  possibilité de réaffecter notre binôme. Nous concentrerons alors nos efforts sur la voiture, le binôme de la moto passant en attaque sur la voiture, aidé du binôme qui empêchait la propagation et qui maintenant passe lui aussi à l'attaque.  
Ensuite, une fois la voiture éteinte, nos deux binômes viendront attaquer le camion avec l'aide du binôme qui, jusqu'à présent, empêchait la propagation.
Si l'extinction du camion prend du temps, ce ne sera pas gênant car nous n'aurons plus de risque de propagation ni de la moto, ni de la voiture.
Nous avons donc économisé nos forces quand c'était nécessaire et nous avons concentré nos efforts, quand c'était nécessaire. A chaque fois nous avons été plus fort que l'adversaire, sur le point précis où nous l'attaquions.
Cette approche nécessite trois choses:
  1. Réussir à déterminer des zones et à déterminer, pour chaque zone, le danger et le bénéfice qu'il y aurait à traiter cette zone.
  2. Classer ces zones en fonction de ce rapport danger vs bénéfice, lancer l'action mais surtout, voir l'action non pas comme un élément unique et définitif, mais comme une suite d'opérations dont l'exécution, les unes après les autres, permettra d'atteindre la victoire finale.
  3. Avoir un système d'organisation mobile et variable. Il faut en effet pouvoir déplacer le point d'effort car celui-ci changera tout au long de l'opération.

La difficulté ne consiste pas à déterminer ce qu'est la victoire finale, mais plutôt à réussir à déterminer le chemin pour y arriver le plus rapidement, le plus sûrement possible, avec le moins d'effort et avec la plus grande sureté. C'est à dire chercher non pas la réussite immédiate et générale, mais chercher un premier Effet Majeur qui, une fois atteint, nous donnera la possibilité de réaliser un second Effet Majeur et ainsi de suite, chacun apportant un élément favorisant la réussite du suivant.

Le Mikado
Afin de démontrer cette logique, il peut-être intéressant d'utiliser le jeu de Mikado, et de faire jouer les stagiaires. Le Mikado procéde du principe de l'Effet Majeur et de cette analyse à court terme, avec enchainement des actions à court terme, permettant de trouver le chemin vers le long terme. Pour ceux qui ne connaissent pas, le jeu consiste à jeter des petites baguettes sur une table. Il faut ensuite retirer les baguettes, une par une, en veillant à ce que le retrait d'une baguette n'en fasse bouger aucune autre. Le premier joueur retire donc une baguette, puis une autre etc... soit jusqu'à la dernière (et dans ce cas il a gagné) soit jusqu'à ce qu'il fasse bouger une autre baguette, auquel cas il passe la main à l'autre joueur et ainsi de suite.
Il faut donc observer et commencer par les baguettes les plus faciles. Mais il faut surtout juger à chaque fois (ceci est important!) de la difficulté qu'il va y avoir à retirer une baguette et en même temps de l'avantage que son retrait va nous procurer. Il faut tenter de se projeter dans l'avenir tout en admettant le fait que cette "projection", ce "projet de prochaine étape", pourrait ne pas être possible, soit parce que l'action actuelle serait un échec ou parce que l'adversaire pourrait modifier la situation.
Nous sommes bien là dans une démarche de multiples Effets Majeurs et absolument pas dans une tentative d'aller directement au but final.


La prochaine fois, nous verrons comment déterminer les zones et comment les classifier.

"Article: La tactique - Cours I" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Disposition
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer
 
Liens connexes
· Plus à propos de Pédagogie et formation
· Nouvelles transmises par pl.lamballais


L'article le plus lu à propos de Pédagogie et formation:
Récapitulatif de tous les phénomènes...


Noter cet Article
Score Moyen: 4.5
Votes: 2


Merci de prendre quelques secondes pour noter cet article:

Excellent
Très Bien
Bien
Passable
Mauvais



Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)



Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs et ne sauraient engager la responsabilité des gestionnaires ou de l'hébergeur de ce site. En cas de problèmes, questions etc. contactez le webmaster.

Page Générée en: 0.058 Secondes - PHP Version 7.0.17
PHP-Nuke est un système de gestion de portail développé en PHP. PHP-Nuke est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.