Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition


Menu
· Accueil
· Téléchargements
· Accès aux Forums
· Articles (archives)
· Articles (par sujets)
· Contactez-nous!
· Encyclopédie
· Essais et tests
· Galerie Photos
· Liens Web
· Liste des Membres
· Mag_File
· Questions-Réponses
· Recherche
· Recommandez-nous!
· Sondages
· Top 10
· Votre Compte

Recherche



Un article...

Pédagogie et formation

Tour d'horizon des phénomènes
- Paru le 24/04/2006
- Déjà lu 23195 fois.

Image de la Galerie
Cours formateurs flashover - Draguignan (Canjuers-France) 2009
100_2783.JPG

Facebook
Un petit clic pour aimer la page Tantad Flashover.fr sur Facebook. Merci!

Amazon



Voir tous les livres

Téléchargement
Voici les 6 fichiers les plus récents, proposés en téléchargement.

·  Lisbon-2011
Présentation de la rencontre internationale de formateurs flashover-CFBT qui s'est tenue à Lisbonne(Portugal), du 16 au 20 mai 2011.
·  Kit pédagogique formateur flashover
Extrait de quelques-uns des documents du kit formateur remis aux formateurs flashover lors du stage formateurs Tantad. Version multilangue, plus complète que la précédente, avec descriptif du contenu du stage formateur.
·  GNR Lances
·  FDS 47 et Smokeview
·  Installer un caisson...
·  Utilisation barre Halligan

 
Tactique et Pratique bulletArticle: Technique de lance: attaque pulsing - penciling


La progression ayant été faite avec la plus grande vigilance possible, les sapeurs-pompiers se présentent à la porte du local où se développe l'incendie. Il convient d'attaquer. Pour cela, il existe plusieurs méthodes, qui vont dépendre du type de local, de sa configuration et surtout de sa ventilation. Dans cet article, nous allons nous intéresser à une technique d'attaque (après la progression) pour laquelle une vidéo est disponible en téléchargement: l'attaque pulsing - penciling, technique utilisée pour attaquer un feu dans un local peu ou pas ventilé.

Deux types de combustibles
Dans le feu de local, il y a deux types de combustibles. Le combustible gazeux auquel nous avons déjà été confronté lors de la progression, qui est également présent en partie supérieure du local impliqué, et le combustible solide, le canapé par exemple, qui est en flammes, qui produit des fumées et qui est donc le générateur du combustible gazeux.

Dans le local, il faudra donc traiter à la fois le combustible gazeux et le combustible solide. Le problème principal va être celui de la production de vapeur. Nous avons tous qu'un litre d'eau va produire 1700 litres de vapeur. Mais la réalité est plus subtile: la vapeur est un gaz et elle va occuper d'autant plus de volume qu'elle est chaude. Dans un incendie, il y a assez peu de chance que la vapeur soit produite à seulement 100°C. Or, à 400°C (par exemple) un litre d'eau produit prés de 3000 litres de vapeur (donc 3m3). Il va donc suffire d'un tout petit peu d'eau pour que le local soit transformé en une véritable cocotte-minute, sous pression. A ceci s'ajoute le fait que l'humidité accroît sensiblement la perception de la chaleur. Placés au sein même d'une zone de vapeur, les sapeurs-pompiers courent donc le risque d'être rapidement brûlés par la vapeur.

Il y a donc deux solutions pour résoudre ce problème:

  • Trouver une solution pour évacuer la vapeur produite sans que cette évacuation passe sur les intervenants
  • Générer le moins de vapeurs possible, si l'évacuation n'est pas possible

Pour la première solution, il faut que le feu soit dans un local avec des ouvertures suffisantes et que les intervenants ne soient surtout pas placés entre le foyer et ces ouvertures. L'idéal est d'être aidé par la présence d'une ventilation mécanique, mais dans ce cas il faut être certain que les ouvertures soient suffisantes. Dans le cas contraire, le retour de vapeur sera insupportable et les brûlures potentiellement très graves

Lorsque cette ventilation est inexistante (ou insuffisante) il convient d'opter pour une méthode d'attaque produisant le minimum de vapeur. C'est le but de l'attaque alternant pulsing - pencilling.

Objectifs
Il y a deux objectifs.

Refroidir les gaz chauds. Produits par le combustible solide, ils s'étalent au plafond et empêchent l'approche. Il faut les refroidir pour créer en permanence des conditions de travail "confortables" qui permettront de travailler dans le calme, en analysant et en réalisant des gestes réfléchis. Le refroidissement des gaz chauds a déjà été étudié dans la progression, c'est donc la même méthode qui sera utilisée ici:
- Jet ouvert à environ 60° (tête tournée tout à gauche, puis revenir d'1 cm)
- Impulsion très brève avec levier basculé en entier pendant 1/4 de seconde
- Débit minimum pour produire de petites gouttes dont le temps de suspension sera maximal

La seule différence avec la progression, c'est que nous donnerons sans doute 2 ou 3 coups de lances puisque nous serons certainement dans un local: un coup à gauche, un au centre, un à droite. Ces coups de lance placeront des nuages de gouttes d'eau dans la couche gazeuse, qui refroidiront juste devant le porte lance, ce qui permettra à celui-ci de réaliser le geste suivant.

Refroidir le combustible solide. Dès que la lance est fermée après la dernière impulsion en l'air (pulsing), le porte lance tourne la tête de la lance tout à droite afin d'obtenir un jet droit ("je tourne à droite, j'ai un jet droit"). Il dirige ensuite sa lance vers le bas, pour viser l'élément solide. Deux solutions:
1) Donner de petits coups, rapides, en ouvrant le levier de la lance seulement sur 1/3 environ
2) Ouvrir le levier d'un tiers, mais avec un geste moins "sec"

Les deux méthodes fonctionnent et vont dépendre de chacun, mais le résultat sera toujours le même: un paquet d'eau sera envoyé, comme avec un verre d'eau. Avec peu de surface de contact, ce paquet d'eau va traverser le rayonnement émis par l'objet en feu. Il va tomber sur l'objet, éteindre et surtout tremper le combustible, diminuant ainsi la pyrolyse. Idéalement le porte lance devra envoyer plusieurs petits paquets sur l'objet en feu, au même endroit. En imaginant un canapé avec 3 places, il est préférable de d'abord s'attaquer à une partie du canapé (par exemple, à droite) en y envoyant 2 ou 3 paquets d'eau. Ensuite, renouveler des impulsions en haut, passer au traitement du centre du canapé etc... Ainsi, la partie traitée sera bien trempée, la pyrolyse sera bloquée et il n'y aura pas de reprise. Au contraire, si le porte lance donne un coup sur la partie droite du canapé, puis un au centre, puis un à gauche, il n'aura pas assez "trempé" chaque partie et le risque de reprise sera plus grand.

Le nombre d'impulsions en haut (pusling) et de petits coups de crayons en bas (penciling) va dépendre de l'intensité thermique. Au départ il est évident qu'il faudra plusieurs impulsions en haut pour seulement une ou deux en bas, mais qu'au fur et à mesure la tendance pourra s'inverser.

Quand le jet est produit en partie basse, les gouttes des impulsions en haut sont encore en suspension car elles sont produites en petit débit, donc avec de petites gouttes.

Progressivement, il sera possible de s'avancer et à la fin, de se relever. Lors des séances d'entraînement en caisson flashover au sein de l'Ecole du Feu de Jurbise (Province de Hainaut - Belgique) c'est cette méthode qui est utilisée puisque les caissons ne sont pas équipés d'ouvertures au-delà du foyer (ni fenêtre, ni exutoire). Or, au fur et à mesure, les formateurs font avancer les stagiaires, et alors que l'extinction n'est pourtant pas terminée, les stagiaires qui n'utilisent pas la lance, se lèvent et perçoivent distinctement des vagues de fraîcheur lorsque leur collègue donne des impulsions en partie supérieure.

Progressivement le porte lance s'avance, tout en continuant à refroidir au dessus de lui. Les gouttes vont désormais refroidir au-dessus du combustible, sur lequel les flammes ont pratiquement disparu.

Rendu prés du combustible, le porte lance pourra régler sa lance en jet droit et pourra badigeonner les éléments solides, comme lorsque l'on badigeonne les meubles qui pyrolysent (painting), durant la progression.

Attention: lorsque les flammes auront disparu du plafond et les gaz chauds ne seront plus un problème, il deviendra tentant de ne plus faire que des actions sur l'élément solide. C'est une erreur! En effet, tant que l'on alterne les impulsions en l'air, avec l'attaque du solide, nous constatons qu'il n'y a pas de vapeur, pas de perturbation de l'ambiance et que la visibilité est conservée. Par contre, lorsque nous arrêtons les impulsions en haut et que nous nous contentons d'attaquer en bas, même quand tout semble terminé, nous constatons qu'il y a production de fumées blanches (pyrolyse et vapeur) et que la visibilité diminue.
Cela semble logique: la pyrolyse peut difficilement être totalement stoppée, et l'eau projetée sur les surfaces chaudes va produire de la vapeur. Par contre, si nous continuons à donner de temps à autre des impulsions (pulsing) en haut, nous améliorons la situation.
Tant que la colonne de flammes existe, les impulsions en haut sont repoussées par le courant de convection, et les gouttes d'eau nous protégent. Mais lorsque la colonne de flamme n'existe plus, les gouttes projetées vont au-dessus de la zone de feu et refroidissent au-dessus de celle-ci. Les gaz de pyrolyse sont donc dilués par ces gouttes d'eau qui retombent. En plus, la vapeur d'eau qui s'élève du combustible solide, monte dans une zone qui est désormais refroidie. La vapeur va donc se condenser et retomber. Outre le fait que nous évitons l'émission et la propagation des gaz de pyrolyse (risque de reprise et de flash-fire ou de smoke-explosion), nous n'aurons pas non plus de perturbation visuelle par la vapeur, et il y a aura à nouveau refroidissement par l'eau (vapeur condensée) qui retombera.

Inconvénients et avantages
Le seul inconvénient de cette méthode, c'est quelle demande un peu d'entraînement. Et encore, tout est relatif: les impulsions en haut (pusling) sont les mêmes que pendant la progression qui a été effectuée préalablement à cette attaque. Lorsque l'attaque commence, le geste a donc été exécuté plusieurs fois et doit donc être correctement réalisé. Seul le geste de penciling (petits coups en bas) est délicat. Il faut d'ailleurs veiller à bien baisser la lance. Ainsi, si le jet est trop fort (ouverture trop rapide ou trop grande), il heurtera violemment l'objet en feu, ce qui sera un moindre mal. Par contre, si le jet n'est pas bien dirigé (trop haut) une ouverture trop grande produira un jet violent qui heurtera les murs et provoquera de la vapeur.

Concernant les avantages, ceux-ci sont nombreux: pas de production de vapeur, pas de surpression donc pas de propagation par les fumées, respect de l'équilibre thermique, préservation de la qualité de vision, pas de coup de chaleur, confort, pas de dégâts des eaux, pas de destruction des preuves, pas de coups de béliers (petit débit), etc... En plus, cette méthode fonctionne aussi bien dans les locaux clos que les locaux ouverts! Alors, que demandez de plus?


"Article: Technique de lance: attaque pulsing - penciling" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Disposition
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer
 
Liens connexes
· Plus à propos de Tactique et Pratique
· Nouvelles transmises par pl.lamballais


L'article le plus lu à propos de Tactique et Pratique:
Technique de lance: passage de porte


Noter cet Article
Score Moyen: 4.7
Votes: 10


Merci de prendre quelques secondes pour noter cet article:

Excellent
Très Bien
Bien
Passable
Mauvais



Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)



Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs et ne sauraient engager la responsabilité des gestionnaires ou de l'hébergeur de ce site. En cas de problèmes, questions etc. contactez le webmaster.

Page Générée en: 0.075 Secondes - PHP Version 7.0.17
PHP-Nuke est un système de gestion de portail développé en PHP. PHP-Nuke est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.