Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition Bienvenue sur Flashover - Backdraft - Fire Gas Ignition


Menu
· Accueil
· Téléchargements
· Accès aux Forums
· Articles (archives)
· Articles (par sujets)
· Contactez-nous!
· Encyclopédie
· Essais et tests
· Galerie Photos
· Liens Web
· Liste des Membres
· Mag_File
· Questions-Réponses
· Recherche
· Recommandez-nous!
· Sondages
· Top 10
· Votre Compte

Recherche



Un article...

Pédagogie et formation

La tactique - Cours III
- Paru le 16/01/2016
- Déjà lu 1270 fois.

Image de la Galerie
Cours formateurs flashover - Draguignan (Canjuers-France) 2009
100_2783.JPG

Facebook
Un petit clic pour aimer la page Tantad Flashover.fr sur Facebook. Merci!

Amazon



Voir la critique
Voir tous les livres

Téléchargement
Voici les 6 fichiers les plus récents, proposés en téléchargement.

·  Lisbon-2011
Présentation de la rencontre internationale de formateurs flashover-CFBT qui s'est tenue à Lisbonne(Portugal), du 16 au 20 mai 2011.
·  Kit pédagogique formateur flashover
Extrait de quelques-uns des documents du kit formateur remis aux formateurs flashover lors du stage formateurs Tantad. Version multilangue, plus complète que la précédente, avec descriptif du contenu du stage formateur.
·  GNR Lances
·  FDS 47 et Smokeview
·  Installer un caisson...
·  Utilisation barre Halligan

 
Matériel bulletArticle: Lance - POK Turbokador et Debikador


Les lances POK ont la réputation d'être des lances simples, robustes mais assez peu précises. Dans le cadre de la gestion des feux de locaux, elles donnent pourtant un résultat quasi-parfait. Nous allons donc faire le tour de deux modèles de lance POK, très semblables, la Debikador 500 et la Turbokador 500.

Les lances POK de cette série sont disponibles en 3 types de débit: les lances avec un débit maximum de 150lpm, celles avec un débit maximum de 500lpm et les lances avec un débit maximum de 1000lpm. Nous ne nous intéresserons qu'aux lances de type "500lpm" puisque ce sont les seuls lances utilisable "à la main" dans le traitement des feux de locaux, tout en assurant la sécurité des intervenants.

Réglage de débit
Sur ces lances, le débit se règle avec une bague rotative. Le principe est habituel : la rotation de la bague vers la gauche donne un gros débit. Sur ces modèles, il y a 3 débits: 150, 300 et 500lpm. En continuant à tourner la bague au-delà de la position 500lpm, nous passons en jet purge.
La bague est d'un diamètre légèrement supérieur à celui du corps de la lance. Cette bague est placée devant le levier et fait environ 4cm de long, ce qui permet de la saisir facilement lorsqu'on a des gants de feu, même si ceux-ci sont épais (ce qui montre d'ailleurs qu'essayer une lance sans gants n'est pas une bonne idée!). Sachant que les changements de débit se font généralement avec la lance fermée, nous constatons que les graduations de débit restent visibles, même avec le levier rabattu, ceci venant du fait que le levier ne comporte pas de barre intermédiaire. Un bon point!

Influence du débit
Le changement de débit influe sur le recul de la lance et sur la taille de gouttes. Concernant le recul, celui-ci est très faible en petit débit, mais assez fort en gros débit. Ceci étant, le porte lance devant être bien calé (debout ou à genou), ce recul ne pose pas de problème. Un entraînement est néanmoins nécessaire surtout afin de ne pas se faire surprendre à l'ouverture, le risque étant alors que le porte lance n'ouvre que partiellement le levier, détériorant ainsi le jet.

Comme sur toutes les lances à réglage de débit à la bague, la rotation de celle-ci entraîne le déplacement du clapet situé à l'extrémité de la lance. En petit débit, le clapet ne laisse passer qu'un petit anneau d'eau. En tapant sur les dents, celui-ci produit donc de petites gouttes. En gros débit, le clapet est éloigné, et laisse donc passer un anneau d'eau plus épais. En tapant sur les dents, cet anneau d'eau produit donc de grosses gouttes.
Cette particularité est très intéressante : le refroidissement des fumées demande une toute petite quantité d'eau, donc un petit débit, et des gouttes qui devront rester suspendues en l'air, le plus longtemps possible. Or, comme ici le petit débit donne des petites gouttes, ce double objectif est atteint. Dans le cas d'une attaque combinée (ZOT), il faut un gros débit et des grosses gouttes pour obtenir un pouvoir de pénétration au travers du rayonnement qui entoure le combustible solide. La encore, ce double objectif est atteint.
Nous notons cependant que la position de l'anneau d'eau ne change pas contrairement à certains modèles de lances Akron. En petit débit, l'anneau d'eau tape sur le bas des dents, et au fur et à mesure de l'augmentation de débit, l'eau d'eau "monte" le long des dents. Sur certains modèles de lances Akron, la position de l'anneau d'eau varie et celui-ci tape toujours au centre des dents. La différence de qualité des jets est néanmoins très faible.

Le boisseau
Ces lances possèdent un boisseau sphérique. Lorsque le levier est basculé vers l'avant, le boisseau est fermé. Lorsque le levier est basculé vers l'arrière (donc vers le porte lance), le boisseau est ouvert. Classique! Nous notons qu'une ouverture partielle du levier entraîne une perturbation de la colonne d'eau qui traverse la lance et donc une détérioration de la qualité du jet. Si nous voulons conserver une qualité optimale du jet, par exemple pendant les impulsions, l'attaque combinée etc... il faut donc ouvrir la lance d'un coup, en totalité. C'est d'ailleurs pour cela qu'il faut tenir la lance fermement en tendant le bras qui tient la poignée. Si la lance est tenue trop prés du corps, l'ouverture du levier risque d'être partielle car on ne sera pas assez à l'aise pour le basculer en totalité.
D'un point de vue formation, le fait de devoir ouvrir le levier d'un coup et totalement, dans le cas des impulsions, ne pose aucun problème. En tout cas ce geste « complet » et nettement plus facile à réaliser que le geste "partiel" nécessaire sur les lances à boisseau coulissant.

A noter également que cette détérioration du jet par basculement partiel du levier, peut s'avérer très utile: pour noyer des braises, pour badigeonner un meuble qui pyrolyse, ou pour réaliser une attaque alternant pulsing-penciling, il suffit de se mettre en jet droit et d'ouvrir partiellement le boisseau: la lance produira alors une sorte de versement d'eau, comme si elle était en mode purge, mais avec un débit qui pourra rester très faible.

La tête de diffusion
Son réglage est conforme à la règle générale : je tourne à droit et j'ai un jet droit. La tête de diffusion est assez grosse, mais se tient très bien en main.
Elle est montée sur une rampe hélicoïdale irrégulière, ce qui facilite grandement les réglages.

Rampe hélicoïdale
C'est la position relative de l'anneau d'eau et de l'angle de la tête qui détermine la forme du jet. Pour produire un jet droit la tête de diffusion doit être avancée au maximum et pour un jet de protection, elle doit être reculée au maximum. Le problème concerne les réglages intermédiaires (jet d'attaque). En effet, la translation nécessaire pour passer de jet droit à jet d'attaque n'est pas la même que pour passer de jet d'attaque à jet de protection. Exagérons pour mieux comprendre: imaginons que pour aller de jet droit à jet de protection (donc les deux extrêmes) il faille faire coulisser la tête de 10 cm. Le problème c'est que pour la faire passer en jet d'attaque il faut la faire coulisser de seulement 2 cm quand on est en jet de protection et de 8cm quand on est en jet droit. En fait, le jet dont l'angle est entre (au milieu) droit et protection, nécessite une position de tête qui elle n'est pas entre (au milieu) les deux extrêmes.
Or, nous savons que la tête de diffusion d'une lance ne se coulisse pas directement, mais se tourne: quand on la tourne, elle suit un filetage et elle avance, comme un écrou que l'on tourne sur une tige filetée qui est fixe. Sur certaines lances, le filetage est régulier: il faut donc tourner "un peu" pour passer d'un jet de protection au jet d'attaque et tourner "beaucoup" pour passer du jet droit au jet d'attaque. Et ce n'est pas pratique du tout! Sur les lances POK, Akron etc... la rampe hélicoïdale a un filetage irrégulier. Le même angle de rotation de la tête permet donc de passer d'un jet droit à un jet d'attaque ou d'un jet de protection au jet d'attaque. Cette particularité se vérifie en tenant la lance de profil et que en tournant doucement la tête de la lance, ce qui permet de voir que pour le même angle de rotation, l'ampleur de son déplacement n'est pas le même en début et en fin de course. Ergonomiquement c'est un "+" indéniable, et il faut éviter le plus possible les lances ne possédant pas cette particularité.

Sur les premiers modèles de ces lances, la position "jet d'attaque" était notée par un petit dessin, mais il n'y avait pas de cran. Sur les modèles plus récents, il y a un cran qui marque bien cette position. Mais le dessin a été remplacé par le terme "flashover" ce qui est assez inutile. Revenir à un simple dessin avec le cran serait sans doutes préférable !

Il faut noter que ce cran, comme sur pratiquement toutes les lances, indique un jet d'attaque dont l'angle est correct, mais exclusivement en gros débit. C'est une position qui convient pour l'attaque combinée (voir l'article à ce sujet) mais pas pour les impulsions dans la phase gazeuse du feu.
Ce point est important à noter : en progression, ou lors de l'attaque "pulsing-penciling", le porte-lance utilise un petit débit. Or, comme sur la quasi totalité des lances, le débit influe sur l'angle du cône. S'il règle sa lance en petit débit avec la tête de diffusion sur le cran « attaque », le porte lance obtiendra un jet trop étroit, qui ira trop loin, percutera les parois et ne donnera pas un bon refroidissement des gaz. Pour avoir un jet de progression ou un jet de pulsing pour l'attaque des gaz, il faut mettre la tête dans une position intermédiaire entre le jet de protection et le jet d'attaque. Sans regarder sa lance, le porte lance peut obtenir facilement ce réglage en tournant la tête tout à gauche puis en la ramenant d'environ 1 cm vers la droite. Il obtiendra alors un jet avec un angle d'environ 60°, idéal pour les impulsions et envoyant de fines gouttes, juste devant lui (voir l'article sur la progression et celle sur l'attaque pulsing-penciling).

Denture fixe ou turbine
Les lances de cette série sont disponibles en deux modèles, nommés Turbokador et Debikador. Sur les Turbokador, la denture est rotative (turbine). Elle est entraînée par l'eau sous pression, lorsque la lance est en jet diffusé. Celle-ci "découpe" l'eau de façon plus fine, évite la projection d'eau avec l'effet de "doigts" et assure la production d'un cône qui assure une meilleure protection. En jet droit, l'eau passe au centre et n'entraîne pas la turbine.
En contre partie, cette turbine et assez fragile. Il convient d'en prévoir une ou deux de rechange car une fois qu'il y a quelques dents de cassées, la rotation n'est plus possible et le pulvérisé est alors dégradé. Pour remplacer la turbine, il suffit de retirer les vis que l'on voit sur la tête de la lance.
Le modèle Débikador possède une tête à denture fixe. La version avec des dents métalliques produit un pulvérisé de très bonne qualité. Allié à une très bonne solidité, ce modèle est sans doute le meilleur des deux, d'autant que son prix est particulièrement bas!
A noter que sur ces lances (comme sur la plupart des lances de ce type), la pression de fonctionnement, à la lance, est de 6 bars. En dessous de cette pression, la qualité du pulvérisé est fortement dégradée.

La forme du jet
Le jet diffusé produit par ces lances est un jet creux. Certains fabricants ont tenté de produire des lances produisant des jets "pleins", ce qui devrait théoriquement produire un meilleur refroidissement. Ce n'est qu'en analysant le jet de profil que nous constatons que cette information est erronée.
En effet, si le jet est balayé, ce qui est le cas avec l'attaque combinée (ZOT), le fait qu'il soit creux n'a pas tellement d'importance. Ce "creux" n'est donc problématique que lorsque l'on ne déplace pas la lance, par exemple lors des impulsions pour la progression.
Or, une impulsion donne un jet conique, dont la portée est très faible. En fin de course, les gouttes retombent, en formant une parabole. Mais toutes les gouttes ne sont pas projetées avec le même angle, suivant qu'elles se trouvent sur le haut, le bas ou les côtés du cône. Le résultat c'est qu'en fin de course, la chute de l'ensemble des gouttes produit une sorte de sphère, pleine de gouttes. Et c'est cette sphère qui refroidit les gaz, pas le cône. Par contre, la consistance du cône va avoir un impact sur la qualité de ce nuage de goutte: plus le cône sera creux et bien formé, plus ces parois seront composées d'un grand nombre de gouttes et plus la sphère sera bien formée.

Paradoxalement, c'est donc un cône très creux qui produira certainement le meilleur refroidissement de la phase gazeuse d'un feu puisqu'il produira une sphère bien remplie.

Avec les lances POK et plus particulièrement le modèle Debikador, le nuage est très bien formé. En petit débit, ce nuage, composé de minuscules gouttelettes, reste suspendu en l'air plus de 6 secondes, ce qui permet un refroidissement très important de la zone gazeuse. En plus, la vitesse de projection de l'eau alliée au faible poids des gouttes, produit un déplacement horizontal de cette sphère d'eau, qui avance donc devant le porte lance, en le protégeant, sans toucher les parois.

Les "gadgets" POK

Lors de l'achat de ces lances, ou par la suite, il est possible de racheter des poignées, des leviers. Ces éléments sont disponibles en plusieurs couleurs ce qui peut permettre de distinguer les lances. Ainsi un engin incendie peut avoir les lances avec des poignées bleues, un autre avec les poignées rouges etc.

Parmi les éléments que l'on peut changer il y a aussi l'entourage des têtes de diffusion. Nous avons remarqué qu'il en existait de deux sortes: soit des têtes assez caoutchoutées, soit des têtes en une matière plus lisse, un peu brillante, avec une sorte de gros ergo, censé sans doute permettre le repérage de la position. A l'usage ces têtes s'avèrnte un peu moins pratique que les tête "simple", et caoutchoutée, l'ergo étant de toutes façons inutile en intervention puisque le porte lance doit être capable de régler sa lance sans la regarder et que le système de rampe hélicoïdale irrégulière facilite grandement ce choix de réglage.

Conclusion
Les lances POK de cette série sont robustes, simples à manipuler et donnent des résultats très intéressants au niveau de la qualité des jets. Ergonomiquement, ces lances sont excellentes, avec une bonne préhension et un bon équilibre. Le réglage de débit est facile à réaliser. Seule la notation "flashover" sur la tête est discutable et mériterait d'être remplacée par un simple dessin de jet d'attaque, ce qui était le cas sur les premières versions de cette lance. Bien sûr, ce cran donne un jet trop étroit pour la progression, mais c'est le cas avec toutes les lances puisqu'un jet correct pour l'attaque en terme d'ouverture ne convient pas pour la progression.
En résumé, nous sommes là avec de très bonnes lances, robustes, efficaces et en plus, peu coûteuses!

http://www.pok.fr/
Merci à l'Ecole du Feu de Jurbise (qui utilise ses lances pour ses formations!) pour les photos.


"Article: Lance - POK Turbokador et Debikador" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Disposition
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer
 
Liens connexes
· Plus à propos de Matériel
· Nouvelles transmises par pl.lamballais


L'article le plus lu à propos de Matériel:
JOG: l'efficacité pour forcer les portes


Noter cet Article
Score Moyen: 5
Votes: 3


Merci de prendre quelques secondes pour noter cet article:

Excellent
Très Bien
Bien
Passable
Mauvais



Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)



Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs et ne sauraient engager la responsabilité des gestionnaires ou de l'hébergeur de ce site. En cas de problèmes, questions etc. contactez le webmaster.

Page Générée en: 0.111 Secondes - PHP Version 7.0.15
PHP-Nuke est un système de gestion de portail développé en PHP. PHP-Nuke est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.